MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Les Mots perdus de la révolution

Aller au panier

Pourquoi le surréalisme « réellement existant » a-t-il occulté le non-conformisme absolu de la révolution surréaliste ? Comment les partis dits ouvriers ont-ils eu raison de la critique révolutionnaire pour la faire servir à moderniser le capitalisme ?

Interrogeant la mémoire du surréalisme et du marxisme, théories hier objets de la critique la plus radicale et aujourd’hui soumises aux impératifs politiques et sociaux, Louis Janover recompose une généalogie de la révolte libérée des faux-semblants de la subversion.

Et parce que revenir aux mots perdus de La Révolution surréaliste et du Manifeste communiste, c’est aussi renouer avec la poésie et la critique vivantes, il nous invite à relire Nerval, Artaud, Gilbert-Lecomte, Fondane, Rosa Luxemburg, Gustav Landauer ou encore Paul Mattick.