ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Maquis

Histoire des guérillas anti-franquistes


L’étude la plus complète publiée à ce jour sur la myriade des guérillas espagnoles de 1936 à 1960. L’auteur s’intéresse d’abord au phénomène des "fugitifs" et des "taupes", en butte à la répression systématique de l’appareil franquiste pendant la guerre civile et qui constitueront les premiers noyaux de combattants ; ainsi qu’aux rares tentatives de l’armée républicaine de monter des troupes irrégulières.
Puis de 1939 jusqu’à la fin des années 50, il relate la formation progressive de guérillas s’érigeant dans certaines régions en authentique contre-pouvoir et unique opposition à Franco. Ce qui concerne non seulement des milliers de combattants mais aussi des dizaines de milliers d’agents de liaison et autres "complices". Sont évoqués les moments les plus remarquables, comme la formation du premier groupe organisé, la Fédération León - Galice (guérilla créée majoritairement par des socialistes et des anarchistes) ; l’aide des services secrets britanniques ou américains en Galice et en Andalousie ; le passage des invasions pyrénéennes et son échec du Val d’Aran fin 1944 qui sera à l’origine de la formation de la plus puissante guérilla antifranquiste, l’AGLA.
Au fil de cette histoire, l’auteur nous raconte la vie quotidienne des maquis, les problèmes de santé, le ravitaillement, l’armement, le rôle des femmes... et les différentes stratégies de la terrible répression exercée à leur encontre. A la fin de l’ouvrage, l’auteur revient sur la décadence des organisations armées quasi inexistantes après 1952, la résistance urbaine à Madrid (communiste) puis en Catalogne (anarchiste) jusqu’en 1963.
L’ouvrage se clôt sur une étude politico-stratégique et une tentative d’estimation des chiffres comparant les différentes sources : un travail qui n’a jamais été fait avec une telle honnêteté. Si cette histoire a longtemps été passée sous silence pour des raisons évidentes par le pouvoir franquiste, ça l’est aussi pour d’autres plus surprenantes par les diverses organisations de l’exil (CNT, PSOE...) qui n’ont pas brillé par leur constance, ou par le parti communiste espagnol qui après avoir ouvertement soutenu les maquisards, a changé de ligne en 1947 et les a abandonnés à leur triste sort.
Cet ouvrage comble donc un vrai vide historiographique. Son exhaustivité ainsi que l’honnêteté intellectuelle de l’auteur en font un document de grande valeur. Secundino Serrano est un historien spécialiste de l’après-guerre d’Espagne et de l’exil républicain. Il a écrit une douzaine de livres. Porte-parole du Centre d’archives générales de la guerre civile espagnole, il enseigne à l’Institut d’études supérieures Legio VII de Léon.
Traduit de l’espagnol par Jean-Pierre Bourgeat


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net