MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Et si je suis désespéré, que voulez-vous que j’y fasse ?

Aller au panier

"Ah oui, la question n’est pas : comment devient-on un moraliste ? La question est plutôt : comment peut-il se faire qu’on ne le devienne pas ? Quand on voit ce que signifie la guerre – et moi, je l’ai vue avec les yeux d’un garçon de quinze ans… Je me rappelle, quand je suis allé en France, j’ai vu dans une gare, probablement à Liège, une file d’hommes qui, chose étrange, ’commençaient aux hanches’. C’étaient des soldats qu’on avait amputés jusqu’en haut des cuisses et qu’on avait simplement posés là, sur leurs moignons. Ils attendaient ainsi le train pour rentrer dans leur patrie. Ce fut ma première impression de la Première Guerre mondiale. Quand on voit un tel spectacle alors qu’on sort d’une famille paisible, il est tout simplement impossible de ne pas devenir un moraliste."

Avec la spontanéité propre à l’oralité, Günther Anders livre dans cet entretien quelques anecdotes significatives, notamment l’étonnement du philosophe quand il s’aperçut que lui, juif, pouvait faire le poirier plus longtemps que ses autres disciples, tous grands et blonds. Mais ce livre est surtout le récit d’un parcours philosophique et politique, où l’on croise également Brecht et Husserl et qui révèle en France une personnalité comparable à celle de George Orwell par son courage intellectuel et sa lucidité.