MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Les nouveaux prédateurs

Politique des puissances en Afrique centrale

Aller au panier

Le temps viendra-t-il où le Congo surmontera la malédiction de ses richesses ?
La dictature de Mobutu avait été un frein à l’exploitation du cobalt, de l’or, du diamant : pour les prédateurs, il était urgent d’ouvrir les immenses réserves congolaises aux prospecteurs et aux aventuriers. Dans le même temps, les pays voisins – Rwanda, Ouganda, Zimbabwe – rêvaient de bâtir leur développement sur les ressources puisées chez leur voisin. Mais Laurent-Désiré Kabila, le tombeur de Mobutu, qui aurait du être le fondé de pouvoir de ce vaste projet régional, ne tarda pas à renier ses promesses. Telle fut la raison profonde de l’éclatement du conflit. Depuis l’assassinat de Kabila, en janvier 2001, l’équation a changé : au nom de l’ouverture, le pays s’est soumis aux institutions financières internationales, les promesses d’assistance se sont multipliées, les prédateurs ont subi de fortes pressions. Car, après le 11 septembre, il importe que l’ordre règne dans les banlieues du monde, et les grandes puissances – États-Unis, France, Grande-Bretagne – s’y emploient. Mais si les rôles ont été redistribués, si de nouveaux acteurs sont apparus, les ambitions demeurent, et les intérêts des populations continuent de passer au second plan. Les accords de paix de Sun City ont ouvert la voie aux élections démocratiques que le peuple congolais attendait depuis si longtemps.