MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Utopique !

Aller au panier

Un livre qui imagine la révolution écologique !
L’état d’urgence nous incite à être réaliste : et si on commençait par ralentir ? L’idée n’est plus si saugrenue. Pourtant avouons-le cela nous tétanise. Consentir à une baisse de notre confort matériel ? Encore faut-il nous entendre sur le programme ! D’ailleurs existe-t-il un scénario propice à une véritable révolution écologique ? Puisqu’il faut bien se lancer, voici une proposition !

Vito s’intéresse plus particulièrement au territoire, à ses habitants, et aux notions écologistes de simplicité volontaire et de décroissance. Il illustre le sujet de l’utopie et de la transition en dessinant des villes « idéales », tout en se retournant sur ces dernières années : le quartier Christiana à Copenhague, l’exode baba cool vers les montagnes du sud de la France, les jardins ouvriers… Comme dans ses premiers ouvrages, le dessin de cet ancien architecte est précis et foisonnant, remplis de détails à la fois cruels, réalistes, mordants et amusants.

Dans un style à la fois tendre et sarcastique, il livre sa version du monde d’après. Coupant la chique aux partisans de la croissance verte, il part du principe que nos sociétés ne deviendront écologiques que si elles consentent à une sobriété matérielle et énergétique radicale. Ce qui équivaut à évoluer dans des aires géographiques plus restreintes et une temporalité plus lente.

Ce livre est une ode à la simplicité volontaire, où Vito décrit le rôle clef du vélo, de l’agriculture vivrière, de l’artisanat, des voyages de proximité, et plus généralement du goût pour le partage et la convivialité.

Il imagine aussi une série de projets utopiques, tantôt oniriques, tantôt plus concrets. Et ceux-ci ne visent rien de moins qu’un réaménagement en profondeur du territoire français, avec comme ligne de conduite le ralentissement des flux, la mutualisation des biens, le respect de l’échelle humaine, et bien entendu le retour à une forme de paysannerie.