ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Un parcours bispirituel

Récit d’une aînée ojibwé-crie lesbienne


« Quand tu seras grande, tu seras une éducatrice pour notre peuple. Tu aideras les autres. Tu seras une guérisseuse. » L’extraordinaire histoire de Ma-Nee Chacaby en est une de courage, de souffrance et d’amour. En prononçant ces paroles prophétiques, sa grand-mère n’aurait pu viser plus juste. C’est elle qui a vu chez la petite Ma-Nee les deux esprits, le masculin et le féminin. Chance ou malédiction ?
Pour une enfant bispirituelle dans les années 1950, à Ombabika, une communauté ojibwé-crie du nord de l’Ontario, la liberté est infinie. Elle apprend à trapper, à chasser et à survivre en forêt ; elle sculpte le bois, fait de la couture, tanne le cuir et s’occupe des enfants et des aînés. Mais sa grand-mère, sa bien-aimée kokum, sait que la suite sera très dure.
Après une jeunesse bouleversée par les tragédies, les abus, un mariage forcé et l’alcoolisme, elle s’enfuit à vingt ans avec ses enfants à Thunder Bay. Là-bas, elle n’échappe pas aux violences racistes, mais réussit à atteindre la sobriété. Une vie de militantisme commence. Elle devient intervenante auprès de toxicomanes, de sans-abri et de mères en difficulté, reçoit des dizaines d’enfants en famille d’accueil et, lorsqu’elle découvre qu’elle aime les femmes, ne tarde pas à s’impliquer dans le mouvement LGBTQ2S. Comme lesbienne, guide spirituelle autochtone et handicapée visuelle, Ma-Nee Chacaby fait aujourd’hui figure d’inspiration. Sa vie est une courtepointe faite des morceaux de l’histoire brisée des Premières Nations, où s’entrelacent les fils de la résistance et de la guérison.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net