Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.
Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.

Méditerranée

Lever du soleil et Coucher du soleil


« Méditerranée… Je crois que je m’évanouirai, ce matin prochain où mes yeux plongeront soudain dans son éblouissant infini. » Panaït Istrati

Batelier fou sur le fleuve de la Passion, Adrien Zograffi – double littéraire de Panaït Istrati – s’embarque à bord du Dacia le 12 décembre 1906. De l’Égypte à la Grèce, en passant par la Syrie et le Liban, l’Orient lui ouvre les bras et dévoile les secrets de quelques-uns de ses habitants. Des visages, des figures… Au Caire, parmi les minarets qui s’étendent à perte de vue, on aperçoit à l’horizon Mikhaïl Kazansky, l’aristocrate russe devenu va-nu-pieds. À Alexandrie, Moussa, le Juif roumain parti chercher sa fille Sarah, tombée entre les griffes d’un infâme proxénète. À Damas, qui ne se révèle pas aussi douce que son jasmin, le cynique Solomon Kein, aux sombres desseins. Et tant d’autres ! Ni anges ni démons, ces compagnons d’un jour ou d’une vie sont simplement des êtres portés par les vagues de la destinée et les vents de la Méditerranée.

Dans ce recueil réunissant ses deux ultimes romans – ses plus poignants –, Lever de soleil et Coucher de soleil, Panaït Istrati (1884-1935) fait revivre des personnages extraordinaires qui peuplaient ces contrées envoûtantes.


Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.