ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Les écarts du cinéma


On rencontre souvent la notion d’ « écart » chez Rancière, toujours soucieux de « faire du deux avec de l’un ».
Appliquée au cinéma, l’écart porte aussi bien sur la nature de la cinéphilie, qui lie le culte de l’art et la démocratie des divertissements, sur le rapport compliqué entre cinéma et politique, ou encore sur l’unité même de cet art, forme d’émotion ou vision du monde. Peut-être faut-il se demander « si le cinéma n’existe pas justement sous la forme de ce système d’écarts irréductibles entre des choses qui portent le même nom sans être des membres d’un même corps ».
C’est à partir de questions de cet ordre que Rancière convoque Bresson, Straub et Huillet, Pedro Costa, mais aussi Minelli et Hitchcock. Les films dont il parle, il ne les raconte pas, il ne les commente pas non plus comme ferait un journaliste, il montre ce que, sans lui, nous ne verrions sans doute pas, comme par exemple le rôle des flammes et de la fumée chez Minelli : « Feux d’artifice de Meet me in Saint Louis, flammes imaginaires au sein desquelles Manuela voit l’acteur Serafin métamorphosé en Macoco le pirate (Le Pirate), flammes « réelles » d’une voiture allemande que la Résistance fait exploser, feu de cheminée dans l’hacienda du vieux Madariagga ou foudre conjuguée de l’orage et de l’apocalypse sur le patriarche abattu (Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse) ».


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net