ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Au mépris des peuples

Le néocolonialisme Franco-africain


Ce livre est une réfutation des thèses révisionnistes sur l’Afrique, selon lesquelles le désastre actuel est imputable avant tout aux Africains eux-mêmes et les errements du colonialisme appartiennent au passé. Il explique que tout continue, les liens de l’extrême droite française avec les mercenaires en tout genre et les services de sécurité des pires tyrans locaux ; la force des réseaux financiaro-barbouzards...

Année 2004.

Un an avant qu’il ne décède d’un cancer fulgurant, nous avions reçu François-Xavier Verschave à l’occasion de la parution de son livre Au mépris des peuples. La salle était archicomble, environ 120 personnes étaient venues écouter et discuter avec cet infatigable dénonciateur de ce que l’on appelle la Françafrique, volet occulte de la politique de la France envers certains pays
d’Afrique (Togo, Gabon, Cameroun, Congo, Tchad, Burkina Faso…). Son ouvrage La Françafrique (Stock), paru en 1999, et sa suite Noir Silence (les Arènes), publié en 2000, ont rencontré un large écho car ils décryptent une politique française en Afrique que l’on peut qualifier de néocoloniale et révèlent certains scandales de la République.
Ses livres analysent « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisée sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’Aide publique au développement. La logique de cette ponction est d’interdire l’initiative hors du cercle des initiés. Le système autodégradant se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie ». Aujourd’hui, des lecteurs continuent à nous demander régulièrement à la librairie ces livres de référence.
Au mépris des peuples fait une synthèse claire et accessible de la Françafrique et actualise les précédents textes, car ce système a perduré, sous des formes parfois différentes mais dans la même logique et pour servir des intérêts identiques, bien après que ceux qui l’incarnaient, Pasqua ou Chirac par exemple, eurent quitté le pouvoir. Le combat de Verschave
continue aujourd’hui, notamment au travers de l’association Survie qu’il a présidée durant une dizaine d’années, et avec laquelle d’ailleurs, Quilombo a, à plusieurs reprise, collaboré.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net