ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Un si beau siècle

la poésie contre les écrans


"Je connais de l’intérieur cet univers totalitaire, exterminateur. Je suis un naufragé, entouré d’ordinateurs. Je m’accroche à ce poème de Charles Juliet qui me laisse un peu d’espoir : "si tu n’as pas/ connu/le naufrage/impossible/de gagner/la haute mer/le naufrage première porte de la connaissance" Je suis devenu dépendant de mon smartphone, mon bras armé, ma croix, ma brûlure intérieure. Je me sens un exilé.
Je ne joue pas Victor Hugo persécuté par l’empereur, prenant la route de Jersey puis de Guernesey. Mais je choisis la force océanique contre le nuage informatique. Nous vivons désormais en territoire occupé. J’ai l’impression d’être un collabo, un criminel envers mes enfants : je les ai laissés se faire contaminer. J’aurais dû leur apprendre ce que nous pouvons faire de nos mains et nous contenter du grec, du latin car depuis rien de nouveau sous le soleil.
Tout clic informatique est une pulsion de mort. Et moi, je choisis la vie. Nous savons qu’un complot mortifère sape nos sociétés. Je dis et redis à mes enfants : les écrans ce n’est pas la vie. Ils détruisent le plus beau divertissement, l’ennui, le temps perdu, la rêverie. Le numérique ce n’est pas un changement technique, c’est le global deshumanisé. Il y a comme un hic. Où sont les siestes dans la chaleur grésillante de l’été et le blé en herbe, les yeux vers le grand ciel ? " Dans cet essai d’humeur, ce pamphlet contre le totalitarisme des écrans, Olivier Frébourg oppose le temps de la poésie, la beauté et la lenteur pour sortir de l’accélération du temps et de l’enfer des écrans.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net