ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Les “Pétroleuses”


“Il faut beaucoup de temps et de distance pour que les regards portés sur un événement et ses acteurs s’assemblent et quittent la polémique et la discorde. Cependant, certains événements gardent un pouvoir d’agitation qui n’en finit pas de relancer les passions. C’est le cas de la Commune de Paris de 1871… écrit Bernard Noël dans la préface de ce livre. Ce qui a eu lieu a eu lieu, c’est irrévocable. Cependant, on peut toujours interroger l’imbrication des événements et apercevoir dans leur passage quelque chose qui est demeuré en suspens. L’historien qui remarque cela peut ainsi donner du présent à ce passé. Le cours des choses, bien sûr, n’en sera pas changé mais un peu d’avenir sera introduit dans le révolu. C’est ce que réussit à faire Édith Thomas en mettant au premier plan le rôle des femmes jusque-là toujours secondaire.”
Le terme de “pétroleuse” fut inventé en 1871 pour stigmatiser les femmes que l’on accusait, à tort, d’avoir incendié Paris. Malgré l’absence de preuve, ces femmes au courage et à la détermination exemplaires, ont été fusillées par vagues anonymes, ou condamnées à la déportation. Comme pour leur rendre justice, Édith Thomas raconte ici leur histoire, l’histoire de la Commune vécue par des femmes en marche vers leur émancipation ; chacune réhabilitée dans son nom, sa profession quand elle en a une, son caractère, sa situation sociale, son rôle durant la Commune. Avec une grande exigence intellectuelle, une générosité constante et le sens concret de l’Histoire, Édith Thomas nous propulse au cœur d’une insurrection dont le génie particulier reste toujours fécond.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net