ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Les perturbateurs endocriniens en accusation

Cancer de la prostate et reproduction masculine


Les chiffres sont alarmants : en 2015, 4 millions de personnes dans le monde ont été touchées par le cancer du sein ou le cancer de la prostate ; 890 000 en sont décédées. Ce sont les premiers cancers pour chaque sexe dans le monde. Une épidémie de l’ampleur de celle du sida ! Cette progression est souvent présentée comme la conséquence normale du vieillissement et des progrès du dépistage. Ces explications sont tout à fait insuffisantes.
La meilleure preuve en est la répartition inégale de la maladie sur la planète : Martinique et Guadeloupe sont les "champions du monde" du cancer de la prostate, où il frappe deux fois plus qu’en France métropolitaine et sept fois plus qu’au Japon. L’environnement est donc bien en cause. Les données scientifiques les plus récentes montrent le rôle majeur de la contamination chimique - par les perturbateurs endocriniens - à l’âge adulte mais surtout in utero.
Elle est aussi en cause dans les troubles de la reproduction masculine (cancer du testicule, baisse de la qualité du sperme, infertilité). Il est donc urgent d’informer les citoyens et de mobiliser la société sur ces enjeux. C’est le sens de la charte "Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens" proposée par le Réseau Environnement Santé. Le message est clair : il n’y a pas de fatalité !


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net