ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

L’Empereur partit, les généraux restèrent


L’Empereur partit, les généraux restèrent, ou Histoire d’une révolution manquée. Avec en filigrane le programme d’une caste militaire décidée, quel qu’en soit le prix, à s’accrocher au pouvoir malgré son écrasante responsabilité dans la barbarie montante de ce jeune XXe siècle, l’action de ce « roman-documentaire » s’étend du 16 octobre au soir du 9 novembre 1918, c’est-à-dire de l’effondrement du front à la proclamation de la Ire République allemande. Le récit commence dans la boue d’une tranchée, s’attache à la révolte des matelots de la marine impériale, il s’achève sur le pacte secret scellé entre le social-démocrate Ebert et le chef de l’armée, Groener. Il trouve son unité et son esthétique narrative dans la brutale accélération des événements révolutionnaires au cours des dernières semaines de la guerre. On comparera cet ouvrage à ceux d’Alfred Döblin à la même époque. On pensera au roman d’Adam Scharrer Les Sans-patrie, mais aussi au livre de Remarque À l’Ouest rien de nouveau. Mais en en refermant les pages, il ne restera plus qu’à méditer les mots de Plievier lui-même : « Ceci n’est pas un roman, mais un document ! »


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net