MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Qu’as-tu appris à l’école ?

Essai sur les conditions éducatives d’une citoyenneté critique

Nico Hirtt, auteur de Tableau Noir et des Nouveaux maîtres de l’école nous revient avec son nouveau livre. L’école : Elle était pourtant venue à nous, porteuse de tant de promesses ! Elle allait assurer l’émancipation des individus, le développement de leur personnalité et de leur pensée critique ; elle devait permettre le fonctionnement d’une société démocratique, pacifiste, civilisée et multiculturelle ; elle ouvrirait aux enfants de toutes extractions les portes des Sciences et des Arts ; elle formerait les créateurs dont se nourrit la Culture, les décideurs qu’exigent les plus hautes fonctions publiques et privées, les travailleurs hautement qualifiés que devaient réclamer en nombres croissants l’industrie et les services modernes ; elle serait garante de l’égalité des chances sur le plan social et professionnel, de l’égalité des droits devant la Justice et l’Etat...
Hélas ! Après quelque cent ans d’instruction obligatoire , force est de constater que l’Ecole - avec majuscule, pour désigner l’institution d’Etat et non l’un de ses établissements particuliers - n’a pas seulement failli à tenir ses engagements de jeunesse, mais qu’elle ne semble même plus capable de tendre, fut-ce timidement, vers la réalisation de ces généreux objectifs. La Culture, les Arts, la Science, disiez-vous ? Voilà belle lurette que ces vieilleries ont été remplacées par le seul critère de la compétence, c’est-à-dire de l’utilité pratique sur le marché du travail.
Une société démocratique et une pensée critique ? Comment voulez-vous que les élèves aient appris à en être les acteurs alors que, pendant les 18 premières années de leur existence, ils ne leur aura jamais permis de participer à l’organisation de leur vie scolaire ; et vous voudriez leur faire gouverner le monde ? Préparer aux plus hautes fonctions ? Allons donc ! Aujourd’hui on devient ministre de l’environnement en ignorant ce qu’est l’énergie ; on dirige une entreprise en ne sachant pas écrire une phrase correcte.
Former des travailleurs qualifiés ? Certes, mais la plupart d’entre eux occuperont des emplois précaires qui ne réclament guère de qualification. Quant à l’égalité des chances, n’en parlons pas... Ou plutôt, parlons-en !