ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Marx et les nouveaux phagocytes


Marx est mort ! Qui n’a pas entendu l’annonce du décès du temps où l’affrontement entre "l’empire du mal" et "le monde libre" nattait son plein et donnait à ce genre de faire-part valeur de communiqué de victoire. Marx, le retour ! Marx, le renouveau ! Depuis l’effondrement du Mur et de l’URSS, changement de décor : c’est sur le mode de la résurrection d’un penseur transformé hier par leurs soins en caution des régimes totalitaires baptisés "socialistes" que les "ex" de tous les "ismes" disparus et leurs héritiers, rassemblés en une sainte-alliance pour se sauver de leur passé "marxiste" programment leur propre retour. Mais de l’existance de Marx tel qu’en lui-même, d’un penseur de l’émancipation humaine dont chaque ligne n’a jamais cessé de dénoncer les "marxismes" de l’Est ou de l’Ouest, qui en parlait hier, qui en parle aujourd’hui encore ?
C’est vers les écrits de Maximilien Rubel, vers son travail d’édition unique, qu’il faut revenir pour comprendre quel fut le sort de Marx et à bien des égards le destin tragique de son oeuvre. Sont pour la première fois rassemblés les textes qui mettent en lumière la finalité de cette recherche, le sens de ce combat pour Marx, les obstacles qu’il lui fallut surmonter. Une postface de Louis Janover, son proche collaborateur, explique pourquoi, loin de disparaître, les attaques dont Rubel fut la victime ont repris force et vigueur : Rubel demeure plus encore que par le passé le témoin irréfutable d’une histoire refoulée, stigmatisée, qui proteste à travers son oeuvre, et demande des comptes aux responsables intellectuels de ce détournement sans exemple dans le temps.
Présentation et postface de Louis Janover.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net