ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Fusillé vivant


Le 7 septembre 1914, sept réservistes appartenant au 327e régiment d’infanterie sont fusillés « pour l’exemple » sur ordre du général Boutegourd. L’un d’eux, François Waterlot, 27 ans, n’est pas touché mais feint de s’écrouler. Placé à une extrémité de la rangée, il est de nouveau épargné par le coup de grâce, commencé de l’autre côté. Laissé pour mort, le « fusillé » se relève et rejoint son régiment où, après avoir été gracié, il reprend le combat.
Il périt au front le 10 juin 1915. Les historiens qui travaillent sur les fusillés de la Première Guerre mondiale ne mentionnent aucun autre cas de survivant d’une exécution. Unique à ce titre, l’histoire de Waterlot l’est aussi par les récits qu’il fait de son « aventure ». Infatigable épistolier, il écrit 250 lettres entre le 8 août 1914 et sa mort, l’année suivante. D’un trait à la fois concis et précis, il relate dans quatre d’entre elles l’exécution dont il a été à la fois acteur...
et témoin. Odette Hardy-Hémery ne se contente pas de retracer heure par heure cette singulière histoire ni de resituer la biographie de chacune des victimes, qui seront toutes réhabilités en 1926. En en déroulant le fil, c’est la Grande Guerre elle-même qu’elle fait resurgir sous nos yeux, avec ses problématiques classiques ou nouvelles, à commencer par celles des « fusillés pour l’exemple » - qu’elle pose en termes inédits -, de la solidarité silencieuse mais sans faille des combattants et de l’impunité du commandement.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net