ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Du sang sur les lianes

Léopold II et son Congo


En 1893, le kilo de caoutchouc récolté dans la forêt équatoriale du Congo valait 6 francs-or ; en dix ans, l’essor de l’automobile doubla ce prix.
Le caoutchouc se trouvait, sous forme de lianes, dans de vastes territoires d’un Congo qui n’était pas encore le Congo belge. La saignée des lianes à caoutchouc pour la récolte du latex était un calvaire pour les indigènes. Ceux qui se dérobaient à cet impôt sanglant pouvaient être mis à mort, et ils le savaient. Leurs femmes prises en otage étaient souvent vouées à la famine. On coupait les mains des hommes victimes de la répression pour prouver aux supérieurs hiérarchiques qu’on les avait tués.
Le bassin du Congo est plongé dans le sang. Léopold II, le 4 avril 1892, écrivait au gouverneur général du Congo Wahis : " Il importe d’achever le développement bien nécessaire de nos récoltes d’ivoire et de caoutchouc. L’Etat ne peut maintenir son existence qu’au moyen de très larges et très fructueuses récoltes. " Les ordres royaux furent exécutés à la lettre. De 1900 à 1908, l’Etat indépendant du Congo, propriété personnelle du deuxième roi des Belges, exporta en moyenne 5 000 tonnes de caoutchouc par an...
Ce livre détaille à quel prix pour les populations locales.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net