ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

1914-1919 ceux qui protestaient


1914-1918 fut un intermède belliciste entre deux époques marquées par un fort rejet de la guerre.
En 1914 il ne fallut que quelques jours pour que les très nombreuses voix pacifistes qui s’élevaient dans tous les milieux et parmi toutes les sensibilités politiques soient submergées par la vague de violence qui déferlait sur l’Europe. En 1918 l’évidence du désastre et le deuil immense qu’il avait provoqué redonnèrent à ces voix toute leur pertinence et leur poids. Bien des années après, l’influence de ces idées se fait encore sentir dans l’historiographie, au point d’affecter l’analyse de la contestation pendant la durée même du conflit.
Galit Haddad reprend donc cette question à nouveaux frais. Elle s’affranchit de la politique et de l’idéologie en questionnant la protestation en tant que phénomène culturel, à travers une analyse du discours des contestataires, combattants et civils, homme ou femmes. Elle décrypte l’argumentaire qu’ils déploient dans un contexte qui leur est hostile, marqué par la répression et les arrestations, ainsi que les rythmes suivis par ce mouvement multiforme.
Mais, surtout, elle y expose une découverte qui fera date : il est impossible de comprendre le phénomène de la protestation sans le relier aux idées que se formaient les acteurs sur la durée de la guerre et sur les perspectives de défaite ou de victoire. Ainsi, à partir du moment où la contre-offensive alliée de juillet 1918 ouvre le chemin du succès final, la contestation combattante disparaît de l’armée française.
Débarrassée de ses préjugés, cette analyse de la protestation permet au lecteur de rejoindre combattants et civils dans leurs angoisses et leurs espérances d’êtres ordinaires confrontés à un drame qui les dépasse.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net