ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Panchot


Le 29 juillet 1944, 150 maquisards FTP et guérilleros espagnols investissent la ville de Prades, sous-préfecture des Pyrénées Orientales. Ils se ravitaillent en argent et tabac, attaquent le siège de l’occupant avant de refluer vers leur QG situé dans les murs de La Pinouse, ancienne colonie minière surplombant le village de Valmanya. Trois jours après, 600 Allemands et miliciens débarquent pour liquider le maquis. Valmanya est brûlé, quatre habitants exécutés. Après avoir épuisé leurs munitions, les résistants s’enfuient à travers la forêt. Blessé à la jambe, Julien Panchot, capitaine FTP, est capturé par les nazis, torturé et tué. La mort de Panchot et la destruction de Valmanya, symboles « martyrs » de la Résistance du Roussillon, font depuis l’objet de commémorations annuelles. Mais derrière ces clichés figés dans le marbre de l’Histoire, les tensions mémorielles n’ont jamais cessé de s’affronter. L’enjeu n’étant pas tant de trancher sur une vérité événementielle que de flétrir ou s’accaparer l’héritage de ceux que l’époque qualifiait alors de « terroristes ». A travers une série de rencontres abrasives et d’hasardeuses déambulations, Sébastien Navarro a essayé de démêler non pas le vrai du faux historique mais les intentions, souvent revendiquées, parfois inconscientes, des porteurs de mémoire. Irrévérencieux parfois, perdu souvent, ému par certains entêtements utopistes, l’auteur a fini par se rendre à l’évidence : « Valmanya est un vortex. Un trou noir à l’abys


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net