MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Le Populisme, voilà l’ennemi !

Brève histoire de la haine du peuple et de la peur de la démocratie, des années 1890 à nos jours

Aller au panier

Les dénonciations inquiètes du populisme sont monnaie courante depuis longtemps. Mais elles ont tourné à la panique générale lorsque le populisme a été perçu comme l’arme secrète derrière l’improbable candidature présidentielle du milliardaire télégénique Donald Trump. Le populisme passait aussi pour la mystérieuse force expliquant les succès d’audience de Bernie Sanders ou d’autres leaders de gauche. « Populisme » était également le nom du délire collectif qui avait infligé le Brexit au Royaume-Uni. En fait, dès qu’on prenait la peine de regarder, on voyait un peu partout dans le monde les classes dirigeantes se faire étriller par des trublions sans qualification. Les populistes trompaient les gens sur la mondialisation. Les populistes disaient du mal des élites. Les populistes bouleversaient les institutions politiques traditionnelles. Et les démocraties prenaient fin parce qu’elles étaient trop démocratiques. Il était temps pour les élites de se lever contre les masses ignorantes…

Reprenant plus d’un siècle d’histoire du populisme et de l’antipopulisme, Thomas Frank montre ce que cette opposition révèle : la défiance des classes cultivées pour la démocratie dès lors qu’elle ne fait plus barrage à l’expression des intérêts d’un peuple qui ne reste pas à sa place.