MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Une histoire du bombardement

Aller au panier

Le 1er novembre 1911, au-dessus de l’oasis de Tagiura, en Libye, le pilote italien Giulo Gavotti se penche hors de son cockpit et laisse tomber une grenade à main
Haasen. Il initie ainsi l’une des tactiques militaires les plus dévastatrices du XXe siècle : le bombardement aérien. Selon Sven Lindqvist, le bombardement a d’emblée, avant même l’apparition de l’aviation, été pensé en termes de domination impériale et d’extermination : " Les fantasmes génocidaires (formés dans les colonies) n’attendaient que l’aviation pour trouver à s’accomplir.
" Le contexte colonial de l’invention du bombardement n’est donc pas un hasard... Mais les fantasmes de destruction tiennent aussi à une singularité du bombardement : la mise à distance de la guerre, l’abstraction de la chair et du sang, des victimes et de leurs souffrances. Le bombardement a permis, selon Lindqvist, d’envisager la guerre " sans émotion, comme une science ". C’est ainsi que l’histoire du bombardement nous renvoie à la robotisation actuelle de la guerre, aux drones et aux prétendues " guerres propres ".
D’une composition singulière évoquant la fragmentation d’une explosion, ce livre aborde des sujets aussi divers que l’histoire et la stratégie militaires, l’évolution du droit international, la science-fiction ou encore l’expérience des civils en temps de guerre... Il offre ainsi une profonde méditation sur le passé et le futur des conflits humains.