MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Interpellations

Aller au panier

Après les attentats anarchistes de 1892-1893, le président du conseil Casimir Perrier soumet une série de lois, votées par l’Assemblée les 12 et 18 décembre 1893 et le 28 juillet 1894.
Pendant plus de cinq ans, l’État appliquera avec la plus grande rigueur cet arsenal législatif qui réintroduit le délit d’opinion, permet l’interdiction des journaux et des groupuscules anarchistes, et désigne nommément ces derniers comme cible. Au cours de procès tenus à huis-clos, de très nombreuses peines de relégation (le bagne) seront prononcées. Dès le 1er janvier 1894 et jusqu’à l’éclatement de l’Affaire Dreyfus, Octave Mirbeau éditorialiste au Journal, puis à L’Aurore, prend la plume pour interpeller ses concitoyens et dénoncer avec force et dérision cette mise en coupe réglée de la contestation sociale et l’étouffement de la justice par le mensonge et la terreur.
Un vigoureux plaidoyer contre l’antiterrorisme comme mode de gouvernement.