MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Fondu au noir

Le film à l’heure de sa reproduction numérisée

Aller au panier

L’auteur, lecteur assidu de textes théoriques et poétiques sur l’art et le cinéma, a été frappé par la perte soudaine de plasticité du médium cinématographique suite à la numérisation des films. Il s’est aperçu que les fameuses Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard, comme La Divine Comédie de Dante sept siècles auparavant, contenaient tout le savoir du temps présent, en particulier celui nécessaire pour penser ontologiquement et métaphysiquement la mutation, semble-t-il irréversible, des "spectacles d’ombres en mouvement" en "images mouvantes calculées en pixels".
Alors même que l’écrivain et théoricien de la crise des avant-gardes littéraires Philippe Sollers envisageait son Paradis comme un équivalent littéraire des Histoire(s), il a eu l’idée de faire dialoguer, littéralement et dans tous les sens, ces deux sommets de l’art du "montage". Enfin, l’auteur a essayé de "sauver", au sens benjaminien, tels de vieux chiffons, tout ce qui va disparaître avec la perte d’aura définitive de toute oeuvre cinématographique.