ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Ecrits


La revue de la section américaine de l’Internationale situationniste, le groupe qui a le mieux exprimé le contenu original de la révolution de Mai 68, est le premier ouvrage publié par le CMDE dans la collection Les réveilleurs de la nuit.

La section américaine de l’Internationale situationniste, composée de Robert Chasse, Bruce Elwell, Jonathan Horelick et Tony Verlaan, a vu le jour à la fin de l’année 1968. Les écrits que nous publions ici sont tous inédits en français, et épuisés de longue date en langue anglaise.

Le premier de ces documents, Adresse aux élèves des écoles publiques de New-York, publié sous forme de dépliant accompagnant l’ouvrage, est un comics détourné, dans la veine inaugurée par les situationnistes.

Le deuxième, Post Mortem Ante Facto, une affiche conçue à l’occasion de l’investiture de Nixon, est une critique, non dénuée d’humour noir, du spectacle de la politique électorale.

Le troisième, le numéro unique de la revue de la section américaine, est divisé en cinq sections. « Visages de la récupération » est une appréciation caustique des ouvrages de quelques figures majeures de l’intelligentsia américaine, de Herbert Marcuse, l’auteur de L’homme unidimensionnel et de Éros et civilisation à Marshall McLuhan, l’auteur de La galaxie Gutenberg et de Comprendre les médias. « Quelques considérations extraordinaires sur la dégénérescence du capitalisme et la bureaucratisation de l’existence », signé Robert Chasse, expose sous forme de thèses une critique radicale de la bureaucratie et de son projet de pacification de l’existence. « L’aménagement du territoire » (traduction, non reproduite ici, du septième chapitre de La Société du spectacle de Guy Debord) et « Le contrôle de la population » illustrent comment le capitalisme moderne, la société bureaucratique de la consommation, tend à modeler tous les aspects de la vie par les méthodes de l’urbanisme comme de la génétique. « La pratique de la théorie » expose l’activité de la section américaine (la diffusion des textes situationnistes aux États-Unis, l’accueil réservé à La Société du spectacle de Guy Debord et au Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem, le jeu des situationnistes en mai 68), brosse un portrait de « Cohn-Bendit comme représentation » et formule quelques critiques ad hominem à l’encontre de figures du gauchisme américain dans toutes ses variantes.

Une préface, écrite par le traducteur, retrace l’histoire de la section américaine, en s’appuyant parfois sur des informations inédites, et rappelle les conditions historiques troublées dans lesquelles ses membres déployèrent leur activité critique.

À l’heure où de nombreuses publications témoignent d’un intérêt croissant pour les situationnistes, et où apparaît aux États-Unis un vaste mouvement des occupations, dont certains participants s’inspirent ouvertement des situationnistes, ces écrits, proposés ici pour la première fois au public francophone, témoignent de ce que fut l’aventure situationniste en Amérique.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net