ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

Un Livre des Pyrénées


Jean Bréjoux, introducteur et premier traducteur de l’œuvre de Tucholsky en France, présente l’auteur comme « l’écrivain et le journaliste le plus brillant, le plus attentif de l’Allemagne de l’entre deux guerres ». Cette attention ne porte pas ici sur le territoire et les mœurs allemands, mais sur la région franco-espagnole des Pyrénées. Le livre s’ouvre sur un souvenir de classe : les cours de géographie et d’histoire du professeur Gierke, au cours desquels Tucholsky rencontre une première fois les Pyrénées : « Les Pyrénées c’était quelque chose comme une bande rousse sur la carte, verte et noire par ailleurs, sur laquelle apparaissaient quelques taches : les montagnes. A droite et à gauche la carte virait au bleu, c’était la mer. Oui, les Pyrénées séparaient l’Espagne de la France. Avec ça, il fallait chaque fois réfléchir un brin avant d’écrire leur nom. » Parti explorer la région après s’être muni d’un passeport, l’écrivain relate son séjour. Ce récit s’organise moins comme un journal classique que comme une série de tableaux ou de portraits, dans lesquels sont décrits les événements auxquels assiste ou participe Tucholsky, les rencontres qu’il a pu faire au cours de son voyage. Le livre se présente comme une traversée géographique, sociale et humaine de la région des Pyrénées, et fait entendre ses traditions et ses voix multiples, mais aussi son histoire : du Cirque de Gavarnie, aujourd’hui encore un haut-lieu du tourisme pyrénéen, à la ville de Lourdes, en passant par les villes de Cauterets, la station thermale d’Eaux-bonnes, la Corrida à Bayonne, les Basques de Saint-Jean-Pied-de-Port… Tout est observé et décrit avec une minutie et une justesse rares, qui se ponctuent par ce ce que Jean Bréjoux nomme une « déclaration d’amour à la France ». L’écrivain s’adresse littéralement au pays et à cette région des Pyrénées dans lesquels il a été accueilli par des habitants dépassant l’hostilité du bric-à-brac nationaliste. Un accueil et un abri essentiels alors que son pays natal, l’Allemagne, devenait, pour lui et sa pensée, invivable.


Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net