ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

PROCHAINS DÉBATS

Le mercredi 26 février 2020 à 19h00
PRÉSENTATION DE L'EXPOSITION PLEIN LE DOS & FORMES DES LUTTES

Le collectif Plein le dos et le collectif Formes de Luttes présenteront affiches pour lutter contre la réforme des retraites et des photographies issues du livre paru aux éditions du bout de la ville : Plein le dos // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

« C’est jaune, c’est moche mais ça peut vous sauver la vie » disait la publicité. Le gilet jaune est devenu le signe de reconnaissance d’un mouvement social. Au dos du gilet, en quelques mots, les raisons de la colère s’affichent : chacun.e dit la survie quotidienne, le travail, la dépossession, la violence de la police, les rêves de changement, voire de révolution. Le collectif Plein le dos collecte et diffuse des milliers de photographies de ces inscriptions souvent drôles et inventives. Le livre propose une sélection de 365 dos de gilets, et rend hommage à une première année de lutte. Les bénéfices sont entièrement reversés à des caisses de soutien.


Le vendredi 28 février 2020 à 19h00
DÉPÔT DE BILAN DE COMPÉTENCES

Venez fêter la sortie de "Dépôt de bilan de compétences", la nouvelle BD de David Snug aux éditions Nada ! À partir de 19h, David Snug sera en dédicace à la librairie. La soirée se poursuivra par un concert de son groupe, Trotski Nautique, qui interprètera pour l’occasion un set contre le travail. // Librairie Quilombo (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).

S’inspirant de son propre parcours professionnel, Snug nous livre une critique du travail décalée et documentée.
Héritier de Bob Black et Paul Lafargue, il dénonce avec humour l’absurdité du salariat et les travers du capitalisme tout en cultivant ce goût pour la liberté et l’autonomie qui lui sont chers.
De ses études d’art appliqué à l’usine en passant par la case chômage, l’intérim et son lot de boulots précaires, il aborde la question du déterminisme social, la pénibilité du travail à la chaîne, la vacuité des formations dites professionnalisantes, pour pointer les disfonctionnements du système et prôner une vie en marge, mais pas oisive, et envisager des pistes alternatives d’activités.

Auteur de BD et musicien, David Snug compte actuellement 13 livres à son actif publiés aux éditions Même pas mal, Les Enfants rouges et Marwanny.


Le vendredi 6 mars 2020 à 19h30
ÊTRE ÉCOFÉMINISTE - THÉORIES ET PRATIQUES

Jeanne Burgart Goutal présentera son livre Être écoféministe. Théories et pratiques (éditions L’échappée) // dès 19h30 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

à paraître le 6 mars 2020

Oppression des femmes et destruction de la nature seraient deux facettes indissociables d’un modèle de civilisation qu’il faudrait dépasser : telle est la perspective centrale de l’écoféminisme. Mais derrière ce terme se déploie une grande variété de pensées et de pratiques militantes.
Rompant avec une approche chic et apolitique aujourd’hui en vogue, ce livre restitue la richesse et la diversité des théories développées par cette mouvance née il y a plus de 40 ans : critique radicale du capitalisme et de la technoscience, redécouverte des sagesses et savoir-faire traditionnels, réappropriation par les femmes de leur corps, apprentissage d’un rapport intime au cosmos…
Dans ce road trip philosophique alternant reportage et analyse, l’auteure nous emmène sur les pas des écoféministes, depuis les Cévennes où certaines tentent l’aventure de la vie en autonomie, jusqu’au nord de l’Inde, chez la star du mouvement Vandana Shiva. Elle révèle aussi les ambiguïtés de ce courant, où se croisent Occidentaux en quête d’alternatives sociales et de transformations personnelles, ONG poursuivant leurs propres stratégies commerciales et politiques, et luttes concrètes de femmes et de communautés indigènes dans les pays du Sud.


Le mercredi 18 mars 2020 à 19h00
LES ÉTOILES NOIRES - JIM TULLY

Pour cette nouvelle édition des Étoiles Noires, nous rendrons hommage à Jim Tully. Après Vagabonds de la vie, Circus Parade et Les Assoiffés, les excellentes éditions du Sonneur poursuivent l’édition de l’œuvre de Jim Tully avec Le Boxeur - Discussion à partir 19h avec Thierry Beauchamp, préfacier et traducteur de Jim Tully & Concert d’Albert Conan à 21h // dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

Préface et traduction de l’anglais (États-Unis) par Thierry Beauchamp.

Salué par la critique littéraire, la presse sportive et les pugilistes eux-mêmes, Le Boxeur (The Bruiser en anglais), publié en 1936, est l’une des œuvres de fiction les plus informées de la littérature consacrée au « noble art ». On y retrouve le rythme trépidant, les phrases courtes et suggestives, les dialogues authentiques et la rude humanité de l’auteur de Vagabonds de la vie, Circus Parade et Les Assoiffés.
Jim Tully combattit en professionnel entre 1908 et 1912 et noua des amitiés avec des champions comme Johnny Kilbane et Jack Dempsey (un autre « gamin du rail »). Il est à ce titre le premier écrivain à poser les problématiques du boxeur professionnel. Comment se nourrir, se loger, s’entraîner, se soigner et, d’une manière générale, vivre de ses poings quand votre destin peut basculer en une seconde ? Car le monde de la boxe repose sur une logique de marché où les sentiments ne survivent que très rarement aux déconvenues. Jim Tully nous permet donc de comprendre l’économie de ce sport, le système des bourses et des paris, la hiérarchie d’un milieu complexe où l’honnêteté est admirée sur le ring mais méprisée en dehors. Dans Le Boxeur, on découvre ainsi l’immense popularité de ce sport qui, au début du XXe siècle, attirait les foules aussi bien aux États-Unis qu’en Europe.
Enfin, il faut souligner – une fois de plus – la lucidité et la délicatesse avec laquelle Jim Tully évoque la condition de ces laissés-pour-comptes qui souvent risquaient leur vie sur un ring pour quelques dollars.


Le samedi 21 mars 2020 à 15h30
UN PARIS RÉVOLUTIONNAIRE

15h30 BALADE DES HAUTS DE BELLEVILLE
avec Claire Auzias & Lola Miesseroff
POINT DE DÉPART ➸ En face du bistrot La Vielleuse, 130 Boulevard de Belleville 20e
ARRIVÉE aux alentours de 18h30 ➸ Librairie Quilombo

LA BALADE EST COMPLÈTE !
Gratuit mais réservation obligatoire sur quilombo@globenet.org

19h PRÉSENTATION DU LIVRE : UN PARIS RÉVOLUTIONNAIRE
Discussion avec Claire Auzias, coordinatrice du livre paru aux éditions libertaires, et d’autres contributeurs (détails à venir...).
➸ Quilombo, 23 rue Voltaire, 11e

21h CONCERT DE STAG !
➸ Quilombo, 23 rue Voltaire, 11e

Paris ce n’est pas que la Tour Eiffel ou le musée du Louvre. C’est aussi le peuple de Paris qui s’est maintes fois révolté contre la tyrannie du moment. C’est une pépinière de révoltés et de révolutionnaires en tout genre. Des célèbres comme des peu connus.

Ce livre est une sorte de guide touristique de l’insurrection, magnifiquement illustré par Golo, revisitant tous les arrondissements de Paris à l’aune de ces révoltes et de ces révolutionnaires. Pour connaître le vrai Paris, celui du peuple, ce livre est un outil essentiel. Avec les contributions de nombreux auteurs, et sur une idée de Claire Auzias.

« Seuls les ignorants croient tout savoir. Les kilomètres de bibliothèques du monde, les kilogrammes de papiers impubliés, les monceaux d’archives jamais triées, les mémoires sensibles des contemporains confirment qu’on ne vient pas à bout - c’est son essence même - d’une chose illimitée telles que la révolution. (...) Place ici aux rassemblements anonymes, aux héros d’un grand soir, aux visionnaires inaperçus et aux cosmopolites de toujours. »

On y retrouvera Proudhon, Babeuf, le club des Haschichins, Jean Grave, Makhno, Zo d’Axa, Voline, la soirée du Cœur à barbe, Victor Serge, Artaud, Louise Michel, Boris Vian... plus de 150 textes sur 400 pages !


Le vendredi 17 avril 2020 à 20h00
RÉVOLUTIONNAIRE ET DANDY - VIGO DIT ALMEREYDA

Anne Steiner présentera son nouveau livre Révolutionnaire et dandy. Vigo dit Almereyda // dès 20h00 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

à paraître le 17 avril 2020

Premier sur la liste des « principaux révolutionnaires de Paris » dressée en 1911 par les services de la Sûreté, Miguel Almereyda, né Eugène Bonaventure Vigo, a connu la prison dès ses 16 ans. Anarchiste puis blanquiste, on le retrouve au cœur de toutes les mobilisations politiques de la « Belle Époque ». Maniant la titraille comme de la dynamite, il fait de La Guerre sociale le journal subversif le plus lu de son temps. À la tête de la Jeune Garde, il boute les Camelots du roi, milice de l’Action française, hors du Quartier latin où ils semaient la terreur. Puis, après bien des désillusions, il se convertit au réformisme et crée en 1913 Le Bonnet rouge, favorable au rapprochement entre socialistes et radicaux. Abandonné par ses anciens amis qui ne lui pardonnent ni son évolution politique, ni son élégance flamboyante, il n’échappe pas à la haine de ses vieux ennemis, les nationalistes antisémites de l’Action française. Arrêté le 6 août 1917, il meurt huit jours après à la prison de Fresnes dans des conditions mystérieuses. Il a 34 ans et laisse orphelin un fils de 12 ans, le futur cinéaste Jean Vigo.
Le récit, vivant et enlevé, de cette extraordinaire trajectoire nous fait pénétrer dans des univers aussi infâmes que les prisons pour enfants ou aussi exaltants que ceux de la presse militante alors vigoureusement réprimée, et nous plonge dans les affrontements entre anarchistes, socialistes et syndicalistes révolutionnaires dont la Grande guerre sera le chant du cygne.


Les débats déjà organisés par Quilombo
Le mercredi 19 février 2020 à 19h30
Projection du film Nous ne vendrons pas notre avenir

Projection du film mercredi 19 février à 19h30 au CICP (21 ter rue Voltaire Paris 11e) en présence de la réalisatrice Niki Velissaropoulou ; débat après le film ; soirée de soutien à des opposants aux mines d’or en Grèce, trois membres du mouvement SOS Chalcidique qui sont poursuivis en justice pour avoir participé à un sit-in contre le projet de mine d’or à ciel ouvert de Skouries.


Le mardi 18 février 2020 à 19h00
Liberté sur Paroles - Tu m’as donné de la crasse et j’en ai fait de l’or

Une fois par mois, Eugénie Barbezat vous propose d’assister à l’enregistrement de son émission Liberté sur Paroles, diffusée sur Radio Aligre ! Elle accueille cette fois-ci Pacôme Thiellement pour son livre Tu m’as donné de la crasse et j’en ai fait de l’or (éditions Massot). Enregistrement de l’émission de 19h00 à 21h (entrée libre même en cours d’émission), suivi d’un débat avec le public // Librairie Quilombo (23 rue Voltaire Paris XIe, m° Rue des Boulets ou Nation).


Le jeudi 13 février 2020 à 20h00
L’écologie sociale

Marin Schaffner traducteur et postfacier de L’écologie sociale de Murray Bookchin qui paraît chez Wildproject, viendra nous parler de Bookchin, pionnier de l’écologie politique // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).


Le vendredi 7 février 2020 à 19h00
Les Étoiles Noires - Mohamed Choukri

Pour cette nouvelle édition des Étoiles Noires, nous rendrons hommage à Mohamed Choukri. Les excellentes éditions Alifbata vont éditer une adaptation graphique signée Abdelaziz Mouride, le père de la bande dessinée marocaine, du Pain nu de Mohamed Choukri, immense écrivain marocain - Discussion à partir 19h avec Simon-Pierre Hamelin, libraire à Tanger, directeur de la revue Nejma et Simona Gabrieli, éditrice & Concert à 21h de Youssef Jandouk Gnawa // dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).



Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net