LIBRAIRIE FERMÉE - COMMANDES NON SERVIES

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris

01 43 71 21 07
fax 09 55 63 23 63

PROCHAINS DÉBATS

Le vendredi 27 mars 2020 à 20h00
HOMMAGE À JEAN MECKERT - PRINTEMPS DES COLÈRES

Reporté

En ouverture du Printemps des Colères et à l’occasion de la réédition de Nous avons les mains rouges (éditions Joëlle Losfeld), en partenariat avec l’association Colères du Présent, la librairie Quilombo invite Stéphanie Delestre, Hervé Delouche, Guy Lesniewski, Joëlle Losfeld et Patrick Pécherot à présenter, dans un premier temps la vie et l’œuvre de Jean Meckert, et ensuite nous parler du prix Amila-Meckert. Ce prix récompense un ouvrage figurant dans une sélection qui donne un bel aperçu de ce que peut représenter la littérature d’expression populaire de critique sociale // dès 20h dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

C’est en 1947 que Jean Meckert publie Nous avons les mains rouges. Quatre mois avant Sartre, il s’attaque à la Résistance et à l’épuration qui a accompagné la Libération. De quoi parle ce roman noir et puissant ? Laurent Lavalette est embauché dans la scierie de d’Essartaut, un veuf qui vit dans les montagnes avec ses deux filles et un homme à tout faire, Armand. Laurent apprend vite que le patriarche est à la tête d’un réseau de résistants qui n’a pas déposé les armes et qui, régulièrement, organise des expéditions pour punir ceux qui se sont enrichis durant la guerre tandis que d’autres se battaient.
Malgré les réticences de Laurent à s’engager dans des mesures expéditives, il prête cependant parfois main forte. Pour ses partisans qui n’ont pas mesuré leurs efforts durant la Guerre, la Libération a un goût amer, elle ne tient pas ses promesses d’égalité, de justice et de grand chambardement. Toutefois cette lutte sanguinaire laisse Laurent perplexe : "Laurent se demanda un moment en quoi cette doctrine différait du fascisme contre lequel ces résistants avaient combattu." Comme dans la plupart des romans de Meckert mais aussi dans ceux qu’il écrira plus tard pour la Série Noire sous le pseudonyme d’Amila, le protagoniste de Nous avons les mains rouges est cet homme droit mais seul, réfractaire aux embrigadements de tout genre.
Passionnant document sur un moment d’Histoire trouble et peu visité, ce roman est dans le même mouvement profondément humain.


Le samedi 28 mars 2020 à 10h00
PRINTEMPS DES COLÈRES

Reporté
Quilombo et Colères du présent organisent le premier Printemps des colères le samedi 28 mars de 10h à 22h // à la librairie et au CICP 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris.

Reporté

Quilombo et Colères du présent organisent le premier Printemps des colères (à la librairie et au CICP 21 ter rue Voltaire) samedi 28 mars de 10h à 22h.
Des sujets de colère, on n’en manque pas… mais cette journée sera aussi l’occasion d’explorer des pistes alternatives !

  • A 10h accueil café au CICP
  • A 11h la journée commencera avec un débat "Répression des libertés associatives : comprendre et réagir" animé par le CAC avec l’observatoire des libertés associatives et le CICP.
  • A 11h et 14h Des ateliers enfants seront proposés par Chiara Armellini, illustratrice de Furio aux éditions les Eléphants, un livre qui dénonce l’absurdité de la guerre et l’escalade de la violence, (donc possibilité de laisser vos enfants pour assister aux débats de ces heures là).
  • A 14h au CICP
    débat sur les ateliers populaires d’éditions de Colères du présent.
  • A 14h à la librairie
    Michèle Riot-Sarcey et Jean-Louis Laville viendront parler de leur livre Le réveil de l’utopie, qui analyse les raisons profondes d’une défection du politique faisant bouillir une grande partie du globe, et revient sur les pratiques émancipatrices qui, du Chiapas à Notre-Dame-des-Landes, des collectifs de Gilets jaunes aux places d’Alger et de Santiago, dessinent le visage d’une démocratie réelle.
  • A 16h30 au CICP : lecture de Rouge pute de Perrine Le Querrec paru chez La Contre Allée, par Flore Grimaud. Perrine Le Querrec a rencontré dans un centre social des femmes qui lui ont parlé des violences conjugales, et a restitué leurs récits sous forme de poèmes à la première personne du singulier. Des textes qui brisent le silence et l’indifférence, qui parlent de coups, d’insultes, de culpabilité, de peur, de résignation, de courage, de fuite... « Mot après mot, elles se sont redressées ».
  • A 16h30 à la librairie un débat avec les éditions Asphalte et la revue 813 se penchera sur le catalogue d’Asphlate et particulièrement sur l’ouvrage Banlieues parisiennes Noir, parce que pour Asphalte, polar rime avec critique sociale, poil à gratter, laboratoire d’idées, et bousculade de l’ordre établi. Avec Estelle Durand, Hervé Delouche, Anne-Sylvie Homassel, Guillaume Balsamo et Patrick Pécherot.
  • A 16h30 au CICP arpentage du livre Organisons-nous !, d’Adeline de Lépinay, qui permettra de faire le tour des pratiques pour se regrouper, mobiliser, définir nos valeurs et nos projets, les diffuser, s’organiser démocratiquement, et passer à l’action pour transformer concrètement le réel ! (durée trois heures, inscription nécessaire par e-mail)
  • A 18h au CICP la projection du film Valencia, ville rebelle, documentaire réalisé par Jérôme Skalski, suivie d’un débat, nous plongera dans l’expérience du municipalisme libertaire.
  • A 18h30 à la librairie, apéro-débat avec le porte-parole d’Attac sur leur récente campagne contre Amazon.
  • A 20h la journée se terminera au CICP avec un concert des Panama à 20h !

Toute la journée, l’exposition à la librairie des illustrations du livre Rue des 4 vents de Magalie Attiogbé nous fera faire un voyage dans le temps pour découvrir des histoires d’immigration, d’exil et d’accueil ; et un salon du livre sera organisé au CICP, avec notamment les ouvrages de Alifbata, des éditions des Eléphants, d’Asphalte, des Editions populaires, la revue 813, Chéribibi... et une sélection de livres militants réalisée par la librairie Quilombo.

Entrée libre – bar et petite restauration sur place.

https://www.facebook.com/events/235660484274463/

http://cedsdac.associations-citoyennes.net/?ProgJour28mars20

Une journée organisée par la librairie Quilombo, Colères du présent (Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale), le CICP (centre international des cultures populaires), le CAC (collectif des associations citoyennes) et la revue 813.


Le mercredi 1 avril 2020 à 19h30
COMMUNE(S), 1870-1871

Reporté

Quentin Deluermoz revient sur la force de l’événement à partir d’une enquête archivistique minutieuse, et retrace l’histoire transnationale des échos entre l’espérance révolutionnaire française et les trajectoires insurrectionnelles mondiales// dès 19h30 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

à paraître le 9 avril 2020

Pourquoi les 72 jours de la Commune ont-ils eu un tel impact dans l’histoire mondiale des XIXe et XXe siècles et quelle est l’actualité de cet événement ?

Depuis les analyses célèbres de Karl Marx, l’histoire de la Commune de Paris a été placée au centre de notre compréhension de l’événement révolutionnaire. Entre la Révolution française de 1789-1794 et la révolution russe de 1917, l’insurrection parisienne occupe une place à part dans notre conception de la révolution et de la modernité. Voici pourquoi l’espérance de « faire commune » fait aujourd’hui retour dans notre imaginaire politique.
Cet ouvrage se propose de mener l’archéologie de cette puissance d’actualisation, mais en revenant d’abord sur la force de l’événement lui-même. Il a pour cela recours à la puissance du récit, à partir d’une enquête archivistique minutieuse qui permet de reconstituer les stratégies des acteurs, par le bas, mais aussi les vecteurs qui font de la Commune parisienne le premier événement médiatique global. De la rue Julien-Lacroix aux concessions de Shanghai en passant par l’insurrection kabyle, la Croix-Rousse à Lyon ou la république des cultivateurs aux Caraïbes, le livre dépasse le cadre parisien pour proposer de ces « récits d’espace » à différentes échelles.
De là un essai vif et original sur l’histoire transnationale des échos entre l’espérance révolutionnaire française et les trajectoires insurrectionnelles mondiales où il est autant question de temps que d’espace. Car l’auteur est d’abord attentif à rendre compte des rythmes, des intensités et des rémanences. De ce point de vue, ce livre est aussi une réflexion sur l’histoire des possibles, qui, s’interrogeant sur la disponibilité sociale du souvenir communal,
mène du 18 mars 1871 aux révoltes urbaines médiévales. Il s’agit ce
faisant d’apporter une contribution à l’histoire globale des révolutions
et à la manière de l’écrire.


Le jeudi 9 avril 2020 à 20h00
L'ÉBLOUISSEMENT DE LA RÉVOLTE

Jean-Luc Sahagian présentera son nouveau livre L’éblouissement de la révolte (éditions CMDE) // dès 19h30 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

En Arménie, au printemps 2018, c’est la révolution. L’ensemble du pays est sorti dans les rues pour déloger le pouvoir corrompu, en place depuis des lustres. Dans un récit enlevé, incarné, tout à la fois drôle et poétique, Jean-Luc Sahagian raconte de l’intérieur ce mouvement populaire auquel il participe et qui se dévoile dans toute sa puissance. C’est aussi un voyage mental auquel nous convie le narrateur, nous exposant ses doutes et ses espoirs face à un changement qui vient bouleverser ses certitudes.

Lorsque l’obéissance meurt devant les yeux effarés des chefs, lorsque tout le monde veut changer de système et qu’il y parvient, l’espoir renaît. Quelle qu’en soit l’issue, personne ne sort indemne de l’éblouissement de la révolte.

Jean-Luc Sahagian vit actuellement à Marseille. Il est l’auteur de Victor Serge, l’homme double (Libertalia) et Gumri, Arménie, si loin du ciel (Ab irato).


Le vendredi 17 avril 2020 à 20h00
RÉVOLUTIONNAIRE ET DANDY - VIGO DIT ALMEREYDA

Anne Steiner présentera son nouveau livre Révolutionnaire et dandy. Vigo dit Almereyda // dès 20h00 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).

à paraître le 17 avril 2020

Premier sur la liste des « principaux révolutionnaires de Paris » dressée en 1911 par les services de la Sûreté, Miguel Almereyda, né Eugène Bonaventure Vigo, a connu la prison dès ses 16 ans. Anarchiste puis blanquiste, on le retrouve au cœur de toutes les mobilisations politiques de la « Belle Époque ». Maniant la titraille comme de la dynamite, il fait de La Guerre sociale le journal subversif le plus lu de son temps. À la tête de la Jeune Garde, il boute les Camelots du roi, milice de l’Action française, hors du Quartier latin où ils semaient la terreur. Puis, après bien des désillusions, il se convertit au réformisme et crée en 1913 Le Bonnet rouge, favorable au rapprochement entre socialistes et radicaux. Abandonné par ses anciens amis qui ne lui pardonnent ni son évolution politique, ni son élégance flamboyante, il n’échappe pas à la haine de ses vieux ennemis, les nationalistes antisémites de l’Action française. Arrêté le 6 août 1917, il meurt huit jours après à la prison de Fresnes dans des conditions mystérieuses. Il a 34 ans et laisse orphelin un fils de 12 ans, le futur cinéaste Jean Vigo.
Le récit, vivant et enlevé, de cette extraordinaire trajectoire nous fait pénétrer dans des univers aussi infâmes que les prisons pour enfants ou aussi exaltants que ceux de la presse militante alors vigoureusement réprimée, et nous plonge dans les affrontements entre anarchistes, socialistes et syndicalistes révolutionnaires dont la Grande guerre sera le chant du cygne.


Les débats déjà organisés par Quilombo
Le jeudi 26 mars 2020 à 13h00
LIBRAIRIE FERMÉE - COMMANDES NON SERVIES

Confinement oblige, la librairie est fermée et nous ne pourrons plus servir les commandes, même par correspondance.
Bon courage à vous pour ces prochains jours, c’est le moment de ne pas oublier l’un des plus grands préceptes de l’anarchisme et de l’appliquer : l’entraide.


Le samedi 21 mars 2020 à 15h30
Un Paris révolutionnaire

Evénement reporté à une date ultérieure

15h30 BALADE DES HAUTS DE BELLEVILLE
avec Claire Auzias & Lola Miesseroff
POINT DE DÉPART ➸ En face du bistrot La Vielleuse, 130 Boulevard de Belleville 20e
ARRIVÉE aux alentours de 18h30 ➸ Librairie Quilombo

Gratuit mais réservation obligatoire sur quilombo@globenet.org

19h PRÉSENTATION DU LIVRE : UN PARIS RÉVOLUTIONNAIRE
Discussion avec Claire Auzias, coordinatrice du livre paru aux éditions libertaires, et d’autres contributeurs (détails à venir...).
➸ Quilombo, 23 rue Voltaire, 11e

21h CONCERT DE STAG !
➸ Quilombo, 23 rue Voltaire, 11e


Le mercredi 18 mars 2020 à 19h00
Les Étoiles Noires - Jim Tully

Evénement reporté à une date ultérieure

Pour cette nouvelle édition des Étoiles Noires, nous rendrons hommage à Jim Tully. Après Vagabonds de la vie, Circus Parade et Les Assoiffés, les excellentes éditions du Sonneur poursuivent l’édition de l’œuvre de Jim Tully avec Le Boxeur - Discussion à partir 19h avec Thierry Beauchamp, préfacier et traducteur de Jim Tully & Concert d’Albert Conan à 21h // dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).


Le vendredi 6 mars 2020 à 19h30
Être écoféministe - Théories et pratiques

Jeanne Burgart Goutal présentera son livre Être écoféministe. Théories et pratiques (éditions L’échappée) // dès 19h30 dans la librairie (23 rue Voltaire, Paris XIe, m° Rue des boulets ou Nation).



Suivre la vie du site infos Suivre la vie du site catalogue | | Plan du site | SPIP | @elastick.net