MENU

ouvert du mardi
au samedi de 13h à 20h
23 rue Voltaire 75011 Paris
quilombo@globenet.org
01 43 71 21 07

Les grandes luttes de la france ouvrière

Aller au panier

Michelin à Clermont, le Joint français à Saint-Brieuc, Renault à Billancourt, Lip à Besançon, les mines aux quatre coins de tréfonds, les hauts-fourneaux de Lorraine et les chantiers de Saint-Nazaire sont autant d’étapes de la longue marche ouvrière en France.
La grève, à laquelle répondent d’abord les fusils, arrache une à ses conquêtes ; c’est une parenthèse démocratique dans l’usine autoritaire, et bien au-delà : jusqu’en 1945, les seules femmes à voter sont les ouvrières, qui s’expriment sur (et par) la grève. Apanage des travailleurs qualifiés, elle met ensuite en mouvement les nouveaux prolétaires, paysans déracinés, femmes ou immigrés. Des formes d’organisation s’inventent au fond des ateliers, des rêves cristallisent pour un temps plus ou moins long : la " mine aux mineurs ", le phalanstère Godin à Guise, la Verrerie ouvrière " à tout le prolétariat ", qui s’inscrivent dans la longue chaîne des luttes de ceux d’en bas pour des droits, pour que la paye ne soit pas épuisée au 25 du mois, pour ça change.
Cent cinquante ans de cette histoire singulière s’incarnent en des moments et des lieux emblématiques, du Front populaire aux luttes contre les délocalisations, en passant par la défense des retraites ou Mai 68.